Présentation Accès Histoire Adresses Utiles

  Présentation de la Commune

 

Prisches

Canton de Landrecies

Arrondissement d'Avesnes

Superficie: 2 311 ha

Population 1999: 981 hab.

Habitants: les Prischois

Cours d'eau: la Rivièrette

Blason: c'est celui de la famille de Saint-Omer qui possède le village pendant la première moitié du XIIIe siècle.

Origine du nom: Prisches signifie probablement " Les Pierres ", nom donné à une forêt traversée en partie par un alignement de bornes frontières.

 

 

PRISCHES s'est regroupée avec 11 autres petites communes rurales dans l'intercommunalité C.C.R.2 H. : Communauté de Communes Rurales des 2 Helpes. dont le siège administratif est à Marbaix. Elle fait partie du Canton de LANDRECIES et entretient des relations permanentes avec  l'intercommunalité voisine du Pays de Mormal et de Maroilles.

 

GÉOGRAPHIE :

 Le village se trouve au sud-ouest de l'Arrondissement  d'AVESNES sur Helpe et du Canton de LANDRECIES; au sud il est limitrophe du département de l'AISNE (02) au niveau des communes de LE SART et FESMY;  au nord il touche à la commune de Maroilles.

Sans  une étroite bande de la commune de Le Favril, PRISCHES  longerait l'arrondissement de CAMBRAI. Il est très important de se rendre compte que cette frontière, bien plus qu'administrative, représente une délimitation d'abord géologique, d'où une différence climatique, arborée, paysagère, et donc bien sûr économique; il suffit, en venant de CAMBRAI, de traverser le joli et minuscule bois du Toyon, pour changer brutalement de contrée : vous pénétrez sans transition en THIERACHE, qui va pourtant s'étendre sur 3 départements ( avec l'Aisne et les Ardennes ), en s'enroulant au pied du Massif primaire Ardennais, avec des paysages divers; ici vous entrez dans le Bocage Avesnois dont Prisches reste, encore, un modèle typique.

GÉOLOGIE et PLUVIOMÉTRIE !

On comprend que tout vient de la conjonction de ces 2 paramètres. L'Avesnois correspond au derniers replis du Bassin Parisien calcaire qui se sont vus recouverts d'une sédimentation argileuse importante; bien sûr ces couches s'amenuisent rapidement en allant vers le vieillard ardennais, d'où les affleurements de pierres : pierres bleues dès Dompierre et Marbaix ou Etroeungt ou encore les diverses carrières de l'Avesnois. C'est à PRISCHES que cette couche de cette belle et bonne argile est la plus épaisse, de l'ordre de 13 mètres. Avec les conséquences qui se constatent immédiatement: verts pâturages qui présentent une remarquable résistance à la sécheresse, petits ruisseaux et gros fossés; nombreuses sources très tenaces surgissant à flancs de vallons, et encore quelques fosses individuelles; tous les éléments étaient réunis pour déterminer un habitat totalement dispersé, qui correspondait à l'extraordinaire atomisation des parcelles herbagères au temps des micro-exploitations agricoles du XIXème siècle ! C'était le temps des fermiers ( qui payaient fermage ). Pour permettre un habitat dispersé, le premier impératif c'est l'auto-suffisance en eau. Et on peut creuser à peu près n'importe où pour avoir un bon puits, de seulement 10 mètres, qui en général tient bien l'eau toute l'année. Ensuite il suffisait de creuser un peu, souvent sur place, pour tirer l'argile nécessaire à la confection des briques; ces briques bien rouges qui sont la constante de toutes les constructions, relativement standardisées, de la région.Et cette excavation ainsi prodiguée servait tout naturellement de mare, ici appelée "fosse", indispensable à l'abreuvement des animaux et aussi comme réserve d'eau. La mode est actuellement aux forages privés pour réduire la lourde contrainte du charroi de l'eau à cause de l'extension des troupeaux et de la disparition des "fosses" de pâture, qui étaient devenues d'ailleurs totalement insalubres; ces "petits" forages trouvent en général de bonnes poches à 13/18 mètres, sans aller dans la nappe phréatique ( aux environs de 60 mètres ).

 L'aspect très verdoyant de la campagne est bien sûr favorisé par une pluviométrie ( 70 à 90 cm ) souvent assez généreuse, et généralement régulière, puisque bon nombre de nuages, en venant buter sur le Massif Ardennais, se déverse sur la Thiérache.

Et c'est cette herbe verte et abondante qui explique que PRISCHES est la plus grosse commune, en nombre de bovins, des régions Nord-Picardie, et l'une des plus importantes de France, avec un record, certainement homologuable, de 6 bovins par habitant !

 

   retour